Productivité : des sites et applications pour auteur

smartphone-collection

J’ai eu mon premier smartphone il y a moins d’un an. J’aimerais vous dire que je vivais très bien sans un smartphone et qu’au final, je suis exaspéré par le consumérisme ambiant exacerbé par ces engins de mort, mais la vérité c’est que je trouve ça extrêmement pratique. Pas dénué de défauts, mais globalement ça m’a apporté beaucoup de choses. Et, en tant qu’auteur, j’utilise un certain nombre d’applications directement lié au fait d’écrire. Et m’étant dit que ça pourrait en intéresser certains, je me permets de les balancer ci-dessous.

Continuer à lire … « Productivité : des sites et applications pour auteur »

Publicités

L’autoédition a besoin de critiques

TheParisReview1

L’idée de cet article est venue d’une courte discussion sur Twitter avec Deidre Ambre (@DeidreAmbre), qui tient un blog dans lequel elle publie son avis sur les bouquins qu’elle lit, dont une part importante de livres autoédités ou issus de maisons d’édition numérique. Twitter n’étant clairement pas l’endroit pour discuter d’un sujet avec un minimum de profondeur, je vais m’exprimer ici pour avoir un peu la place. Mais le sujet étant parti d’une discussion, je vous invite bien sûr à donner votre opinion dans les commentaires. Je précise aussi qu’il s’agit plus d’une collection de réflexions que d’un véritable article avec introduction, développement et conclusion. Ce sera donc peut-être un peu confus. Continuer à lire … « L’autoédition a besoin de critiques »

L’écrivain doit-il obéir à ses personnages ?

Je ne sais pas pourquoi, mais cette idée m’horripile de manière disproportionnée.

Je lis en ce moment un guide d’autoédition américain intitulé « Write. Publish. Repeat ». Bon, je n’en suis pas un énorme fan, notamment parce que je trouve que le guide parle un peu trop de tout et qu’au final il ne parle de rien, mais ça reste quand même intéressant (je suis assez cartésien en la matière, j’aime bien les guides plutôt froids et qui avancent leur thèse partie par partie. Là c’est beaucoup plus léger). Néanmoins, une partie m’a fait sauter au plafond.

Continuer à lire … « L’écrivain doit-il obéir à ses personnages ? »